Economie

Le gazoduc de WAPco bientôt connecté à la Côte d’Ivoire et au Burkina Faso

Avec l’appui de la Cédéao, le transporteur du gaz naturel entre le Nigéria, le Bénin, le Togo et  le Ghana, West African Gas Pipeline Company (WAPCo)  pourrait bientôt  relier le gazoduc d’Afrique de l’Ouest (WAGP)  à la Côte d’ivoire, au Burkina Faso  et au Sénégal. Cette extension  devrait s’accompagner avec la desserte du produit au profit des sociétés industrielles.

Le 29 novembre 2023, WAPCo a annoncé la connexion de  sa station de régulation et de comptage de Tema au Ghana, à la raffinerie de brut Sentuo dont la construction est en cours de finalisation dans la même localité. Cette réussite de l’opérateur ouest-africain  présage un avenir radieux pour l’entreprise qui emploie un peu plus de 200 employés dans les quatre pays desservis actuellement.

Au Togo, la société transporte du gaz au profit de la CEB et de  Kekeli Efficient Power, deux sociétés productrices d’électricité  d’un total de 35 millions standard cubic feet (scf) par jour sur les 57 millions scf disponibles. Dans ce cadre,  WAPCo s’affaire à diversifier ses clients avec les acteurs du monde industriel. Les sociétés installées sur le site de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) appartenant au groupe ARISE  seront leur cible potentielle. La même démarche sera entreprise au  Bénin où Arise construit aussi une zone industrielle.

« Nous nous assurons de la disponibilité du gaz  qui est mis à la disposition jusque-là des  entreprises de production d’électricité », a indiqué mardi 5 décembre 2023 à Lomé, Dr Isaac Adjei Doku, General Manager for Corporate Affairs du groupe,  lors d’une rencontre avec la presse à Lomé.

Basée  à Accra, au Ghana, avec un bureau à Badagry, au Nigeria, et des bureaux extérieurs à Cotonou – Bénin, Lomé – Togo, Tema et Takoradi, tous deux au Ghana, la société WAPCo est  une joint-venture entre des entreprises des secteurs public et privé des pays desservis. Son capital est détenu par Chevron West African Gas Pipeline Ltd (36,9 %),  Nigerian National Petroleum Corporation (24,9%), Shell Overseas Holdings Limited (17,9 %), et Takoradi Power Company Limited (16,3%), Société Togolaise de Gaz (2%) et Société BenGaz S.A. (2%).

Lire aussi-Marc Ably-Bidamon porté à la présidence de l’Autorité du gazoduc de l’Afrique de l’Ouest

Mardi 5 décembre 2023 à Lomé,  Dr Isaac Adjei Doku, directeur général des affaires générales de West African Gas Pipeline Company Limited (WAPCo) a détaillé aux professionnels des médias du Togo, les opérations menées par la société propriétaire du gazoduc d’Afrique de l’ouest (WAGP). La rencontre vise aussi à renforcer les relations entre les deux parties.  Née sur initiative de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cédéao), la société WAPCo  est un  "transporteur" du gaz naturel  du Nigéria vers le Bénin, le Togo et le Ghana. Elle œuvre aussi à garantir le produit qui intervient dans la production de l'électricité. "C'est une entreprise qui transporte du gaz naturel de manière sûre, responsable et fiable afin de créer de la valeur pour nos diverses parties prenantes. Nous accordons la plus haute priorité à la santé et à la sécurité des personnes et à la protection de nos actifs et de l’environnement", a indiqué Dr Isaac Doku. Au Togo, l'opérateur présent depuis dix ans dispose d'une capacité de 57 millions standard cubic feet (scf) par jour dans sa station  située dans la zone portuaire sur la route nationale numéro 2 (Lomé-Aného).  Basée  à Accra, au Ghana, avec un bureau à Badagry, au Nigeria, et des bureaux extérieurs à Cotonou – Bénin, Lomé – Togo, Tema et Takoradi, tous deux au Ghana, la société WAPCo est  une joint-venture entre des entreprises des secteurs public et privé des pays desservis.  Des actions sociales En parallèle à son activité transporteur du gaz naturel, la société déroule aussi une politique sociale marquée par plusieurs initiatives à l'endroit de la communauté d'accueil. Le quartier Gbétsogbé, banlieue nord de Lomé,   a bénéficié d'une clinique équipée pour les soins sanitaires et de la construction des écoles en plus des ouvrages d’assainissement.  ”Les résidents de la communauté de Gbétsogbé ont été dépistés, certains identifiés comme des personnes vulnérables souffrant de troubles/ maladies oculaires graves ont reçu des lentilles, des montures et des médicaments ” a déclaré Dr Doku. 
les journalistes lors de la rencontre
crédit :DR

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page