Santé

Togo  : bientôt des données sur l’antibiorésistance au CHU SO et Campus

Les activités du projet de renforcement de la maîtrise de l’antibiorésistance en santé humaine et animale ont été lancées mardi 17 janvier 2023 à Lomé. D’un coût financier de 450 000 euros, il permettra de mesurer et, de prévenir la résistance aux antimicrobiens (RAM) au Togo.

Pour ce projet d’une durée de deux ans, des enquêtes de prévalence seront menées dans une approche one health au CHU Sylvanus Olympio, au CHU campus  et, sur les animaux en milieu vétérinaire.

Selon la coordinatrice Sophie-Charlotte Bouvier, il s’agira d’identifier dans les deux établissements  sanitaires suscités, les espèces de bactéries résistantes, les facteurs associés au partage, le degré de sources acquises à l’hôpital  et les prescriptions médicales aux patients entre autres. Chez les animaux, les investigateurs  se focaliseront sur les espèces bactériennes résistantes, le profil  et le  taux de partage digestif chez les animaux et les éleveurs  vivant dans l’entourage  proche des patients porteurs.

«  Le Togo engagé dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens (RAM) depuis des années bénéficiera à travers ce nouveau projet, d’une recherche sur le portage des bactéries de résistance  en vue de déterminer les actions de prévention à mener », indique la coordinatrice, Sophie-Charlotte Bouvier.

Il est également prévu une formation pour les praticiens hospitaliers pour la promotion de la juste utilisation des antibiotiques, un appui à l’actualisation du cadre réglementaire togolais dans la lutte contre la RAM et la rédaction d’un guide de bonnes  pratiques sur les antibiotiques au Togo.

Un projet salutaire

Dans l’approche une seule santé, le projet a pris en compte la santé animale qui n’échappe pas non plus à l’antibiorésistance en raison du recours à de différents produits, dont des promoteurs de croissance  qui créent ensuite des résistances chez les animaux. « L’enquête de prévalence permettra de déterminer la présence ou non des mêmes souches  bactériennes  et des mêmes  supports moléculaires à la résistance chez l’homme et l’animal »,  assure Dr Eric Cardinale, vétérinaire spécialisé dans les domaines de la microbiologie et de l’épidémiologie chez CIRAD.

Lors du lancement, docteur Baba Amivi Afefa, directrice des établissements de soins et de la réadaptation  du Togo a salué, tout comme le directeur du CHU  SO, Médecin-Colonel Agbobli Yawo Apélété, le démarrage des activités du projet qui permettra de déterminer la prévalence de l’antibiorésistance dans les structures sanitaires ciblés et, partant au Togo.

Lire aussi-Université de Kara : des étudiants édifiés sur la résistance aux antibiotiques

Lire aussi- L’usage abusif des antibiotiques représente un vrai danger pour les patients

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page